21 December, 2014

Latest News




Le beurre de karité on le sait, est un reconnu pour ses vertus. De nos grand-mères à nous, son poids dans la beauté n'a fait que s'accroître: pour les cheveux, la peau...Je ne m'en sépare pas jamais, et j'ai décidé à travers cet article de partager les usages que j'en fais.

1-  Pour les cheveux

J'utilise le beurre de karité pour l'entretien de mes cheveux, notamment pour les bains d'huile. Il est associé à différentes huiles: huile de coco, huile d'argan...Et non, le bain d'huile n'est pas l'apanage des cheveux crépus uniquement.
Il peut également être utilisé seul. Vous pouvez par exemple appliquer une petite noisette de beurre de karité sur vos cheveux et laisser reposer 15 à 20 minutes dans une serviette chaude. Retirez ensuite le surplus et laissez agir toute la nuit. Faites ensuite votre shampoing le lendemain.

2- Pour l'entretien de ma poitrine

Le beurre de karité a des effets raffermissants. Vous pouvez l'appliquer sur votre poitrine en massage après le bain. Il faut masser la poitrine en formant un huit, du bas vers le haut.

3- Pour le visage

Après mes soins de visage maison, j'ai pour habitude d'appliquer sur ma peau humide, un mélange de beurre de karité, huile d'argan et huile de carotte pour nourrir ma peau. Il est excellent pour l'hydratation, l'élasticité et la protection de la peau.

4- Pour les irritations 

Si vous avez une irritation, appliquer du beurre de karité dessus aidera à l'apaiser.
Je l'utilise systématiquement après l'épilation pour ses vertus apaisantes et relaxantes.

5- Pour le corps 

Si vous avez une peau très sèche, le beurre de karité devrait être votre allié. Je l'utilise en général les soirs. Il protège la peau des agressions, la rend plus belle et est un très bon anti-vergetures ( pou les prévenir)

Dans sa forme brute , et surtout en usage externe sur la peau, certaines femmes sont gênées parce ce qu'elles trouvent qu'il est salissant, qu'il n'a pas une bonne odeur ou qu'il noircit...Je ne partage pas cet avis, mais puisque chacune à son expérience, je vais vous donner quelques tips.

Déjà, il faut faire attention au beurre de karité que vous achetez, parce ce que malheureusement pour les consommatrices certaines personnes le mélangent à de la graisse animale, lui faisant perdre au passage l'essentiel de ses vertus.
Ce que je vous conseille, c'est de faire fondre le beurre karité par bain-marie. Chauffez de l'eau, puis mettez votre beurre dans un bocal et plongez-le dans un récipient contenant l'eau chaude. Le beurre va fondre et toutes les impuretés (poussière, grain de sables...) se poseront au fond du récipient. Si le beurre a été mélangé à de la graisse, l'aspect de l'huile ne sera pas homogène.
Notez également, que le beurre de karité naturel, fond sous l'effet de la chaleur.
Je conseille de le faire fondre avant de l'utiliser (ne le préparez pas, mais utilisez la méthode du bain marie ou mettez le au soleil tout simplement). Il devient plus onctueux et pénètre plus facilement dans la peau.

Pour celles qui rechignent à l'utiliser à  cause de son odeur, j'ai testé il y a un peu un beurre de karité légèrement parfumé et fouetté artisanalement. Je tiens à rappeler qu'il fait faire attention au beurre de karité parfumé ou mélangé à d'autres composants et veiller à ce que le mélange en préserve les vertus. Il est mieux que tout se fasse avec des produits naturels et pas de composants chimiques. Je valide le beurre de karité de la maison Kaeme, que j'ai testé pour vous.



J'ai opté un pot parfumé au Goji.
La Baie de Goji ou « fruit de la longévité » est issue du Lycium, un petit arbre qui pousse en Asie.
Elle est considérée comme un superaliment tant elle renferme une grande quantité de vitamines, minéraux, oligoéléments et antioxydants.
En Chine, après de nombreuses études, elle a été déclarée comme un trésor national.
J'ai choisi ce parfum, parce ce que c'est l'odeur que j'ai le plus apprécié dans toute la gamme. 
Après l'avoir utilisé, j'ai constaté que contrairement au beurre de karité brute, il pénètre plus vite dans la peau. Il laisse aussi une belle odeur qui vous accompagne toute la journée et est plus léger et comporte les mêmes avantages que le beurre brute.

La 2ème édition du Concours Égéries Dove Afrique s'est ténue le samedi 13 mai à Azalaï Hôtel. La marque à travers ce concours souhaite aider les femmes à avoir confiance en elle. La beauté devrait être une source de confiance et non d'anxiété. A l'échelle mondiale, seulement 4/10 femmes se trouvent belles et 9/10 jeunes filles souhaitent changer quelque chose dans leur physique. Avoir une initiative qui vise à valoriser les femmes et à les faire se sentir belle est à saluer.
J'avoue que j'ai été un peu gênée par certains discours des candidates qui disaient que la société prônaient une beauté stéréotypée de type mince et grande. Si cela est vraie en occident, en Afrique c'est tout autre chose. Selon la pensée commune, la femme africaine est voluptueuse avec des formes et ne pas ressembler à ce type peut être source de souffrance. Cela dit, les candidates étaient toutes belles et différentes: noires, claires, mince ou plus voluptueuse, jeune et d'age mûre.
Elles ont rivalisé de beauté et ont pour certaines affronter leur timidité.
Au final, c'est Edwige Folquet, 52 ans qui a été sacrée Égérie Dove Afrique 2017; Elle est suivie Sabine Ahin, 1ère dauphine et de Saran Berthé 2ème dauphine Je partage l'avis du jury sur le trio, mais je suis un peu triste pour l'une des candidates préférée, Anefa. Mais il n'en fallait que trois.

Le trio 2017 et Elodie Séa, Égérie sortante
Pour ma part, j'ai pris plaisir à assister à cette soirée et j'étais habillée pour l'occasion par Nackissa.



Jupe: Nackissa
Bodysuit: Petites
Pochette: Fripérie
Boucle: Cava

Pour les chaussures, j'ai opté pour des sandales à talons, gros bas zara qui ne sont pas visibles sur les photos.

Crédit Photo: Philippe Loret Studio





Pour le dernier numéro de mon webzine Fall In Mode, nous avons travaillé sur la thématique de la beauté noire. Et cela m'a amené à réfléchir sur ma définition de la beauté noire. Comment est ce que je la percevais et comment elle s'exprime ou pourrait s'exprimer selon moi.Dans mon éditorial que vous pouvez lire ici, il y a un début de réponse à cette thématique.
Une chose en entraînant une autre, je me suis retrouvée à penser à la revalorisation culturelle en générale, et plus encore à sa  réappropriation...l'identité culturelle africaine n'aura jamais été aussi présente. De la ruée vers le wax au retour au naturel appelé abusivement tendance Nappy, tous les moyens sont bons pour prouver qu'on aime son continent. Certains diront que c'est un phénomène de mode d'autres que c'est un choix assumé.
Pour ma part, j'ai choisi de porter l'Afrique...littéralement. Ça parait fou comme ça, mais à bien y réfléchir, pas si compliqué. Je pense que si l'on cherche bien je dois être l'une des plus grandes fans de mon continent, de mon pays ,de ma culture. Je pense que si on veut voir notre continent avancer, évoluer et changer l'image typé que d'autres ont de lui, il faut que nous y travaillons et en soyons fière. Je ne suis pas pour le rejet des autres cultures sous prétexte de revalorisation de la notre, mais plutôt pour un brassage.
Qui pourrait vivre dans une insularité sans s'inspirer et être influencé par les autres? Pas grand monde, je le crains. Mais cela ne signifie certainement pas se perdre au détriment de la culture des autres.
Par exemple, je vais vous expliquer pourquoi mon blog s'appelle Kita. Le Kita ou le Kente est un tissu d'Afrique de l'ouest très coloré, aux tons pétillants. On retrouve comme couleur dominante le jaune ou l'orange en général. J'ai créé mon blog parce ce que je voulais montrer ce qui se faisait de beau sur le continent, changer l'image que le préjugés lui donnent, parce ce que mon continent je le vois comme le Kita: beau, pétillant, gaie et je veux faire partager cette vision au maximum de personnes.
Mon style? Je le définirais comme éclectique, mais à la fois épuré et très chic. Certains le trouve sophistiqué, mais Amenan ne serait pas Amenan sans ses boucles africaines: pois baoulés, boucles fulani , croix d'Agadès...il faut que j'aie un bout de mon Afrique avec moi pour me sentir complète.
Cela peut paraître anodin, mais j'avoue que j'éprouve un immense plaisir quand l'on me demande (assez régulièrement d'ailleurs) où je les aie eu et comment s'en procurer.  C'est avec beaucoup d'entrain que je raconte leurs histoires et je crois que je fais un peu l'ambassadrice de mes valeurs comme ça.
Je ne vous demanderais pas de vous vêtir de tenues folkloriques pour arpenter le Plateau un lundi matin (quoique ça pourrait avoir son petit effet), mais pensez à revaloriser votre patrimoine avec une petite touche d'africaine. Que ce soit à travers une création de designer africain ou par un objet plus typique.
Faites parler l'Afrique qui coule dans vos veines.

Crédit Photo: Charly Kodjo